C’est la rentrée aussi pour CoSe !

L’actualité de Cose ces derniers mois c’est :

  • La création d’une association de soutien au collectif (aCose) qui nous permet de recueillir des cotisations et des dons destinés à soutenir nos actions (l’envoi de cette newsletter par exemple). Pour nous soutenir financièrement, rien de plus simple : rendez vous sur le site et cliquez sur l’onglet rouge en haut à droite « Adhérer ».
  • Une présence auprès d’instances nationales et auprès des médias pour continuer à alerter sur les dangers de la surexposition aux écrans

Une multitude de conférences données en France comme à l’étranger (n’hésitez pas à nous solliciter si vous souhaitez une manifestation dans votre région) en cliquant içi

  • Un travail de veille bibliographique ainsi que la poursuite de travaux de recherche cliniques qui devraient donner lieu à publication dans les mois à venir.

L’actualité des mois à venir c’est :

La parution d’ouvrages dans lesquels ont participé les membres du collectif ou d’auteurs que soutient le collectif CoSE :

Critiques de l’école numérique
Coordonné par Cédric Biagini, Christophe Cailleaux et François Jarrige

L’échappée

Plus l’école et l’éducation sont présentées comme étant en crise, plus l’utopie numérique y multiplie les promesses. Les injonctions permanentes à innover, à être optimistes, à individualiser les parcours, à se réinventer, à disrupter… imposent partout le numérique. abstrait, et à s’en remettre les yeux fermés aux apprentis sorciers de la Silicon Valley.Ce livre leur donne la parole et montre que les processus en cours ne sont ni « naturels », ni inéluctables. Enseignants, intellectuels, soignants, parents, syndicalistes… y développent une critique sous forme d’enquêtes et d’analyses sur les soubassements théoriques et les arrière-plans économiques de la numérisation de l’éducation, de la petite enfance à l’université.

Le Seuil 

La fabrique du crétin digital
Michel Desmurget

La consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d’écran.
Contrairement à certaines idées reçues, cette profusion d’écrans est loin d’améliorer les aptitudes de nos enfants. Bien au contraire, elle a de lourdes conséquences qui affectent fortement la réussite scolaire des jeunes.

A l’occasion de la sortie du numéro spécial sur les écrans du Point, Michel Desmurget parle de son livre dans une vidéo, où il fait la part belle aux quatre pas de Sabine Duflo (en cliquant ici).

Divertir pour dominer

L’échappée

Le développement de la culture de masse a entraîné l’érosion des formes autonomes de culture populaire et la dissolution des liens sociaux au profit d’un monde artificiel d’individus isolés, fondement de la société de consommation.
Le capitalisme ne peut donc être réduit à un système d’exploitation économique, il représente un « fait social total ». Il ne tient que sur l’intériorisation d’un imaginaire et grâce au développement d’une culture du divertissement permanent. Cette uniformisation des comportements et des aspirations se présente comme l’affranchissement de toutes les contraintes (sociales, spatiales, temporelles, etc.). Survalorisée et triomphante, la culture de masse (séries américaines, nouvelles technologies, football, jeux vidéos, etc.) trouve des défenseurs même chez les intellectuels dits contestataires. Il est donc urgent et nécessaire de mener une critique intransigeante du mode de vie capitaliste et de démontrer comment notre civilisation du loisir participe à la domestication des peuples

Les ravages des écrans

Marc Spitz

L’échappée

En s’appuyant sur de très nombreuses recherches et études scientifiques internationales, le grand psychiatre et spécialiste du cerveau Manfred Spitzer montre à quel point notre dépendance aux technologies numériques menace notre santé, tant mentale que physique. Elles provoquent chez les enfants et adolescents comme chez les adultes de nouvelles maladies et en rendent plus fréquentes d’autres : baisse des performances cognitives, troubles du sommeil, dégradation des capacités d’attention et de concentration, tendance à l’isolement et au repli sur soi, dépression, disparition du sentiment d’empathie, etc. Et même, chez les plus jeunes, baisse de la motricité et des capacités de perception.
Ce vaste tableau des connaissances scientifiques sur les effets des écrans, enfin traduit en français, a rencontré un immense écho en Allemagne et dans le monde entier où il a provoqué nombre de débats et de prises de conscience. Cette synthèse majeure s’articule à une réflexion critique profonde qui ne se contente pas de lancer l’alerte sur les cyberpathologies. Elle nous apprend aussi à nous en protéger et à agir à titre préventif. Une contribution absolument cruciale pour tenter d’éviter un désastre psychologique et social