Autisme : les chiffres continuent d’augmenter aux Etats Unis

Alors que certains universitaires français, tel Franck Ramus continuent de nier l’évidence , les dernières statistiques venant des Etats Unis confirment une augmentation sans précédent du nombre d’enfant souffrant d’autisme (avec dans certaines communauté une augmentation de 150% en comparaison des chiffres de 2000).

Environ 1 enfant de 8 ans sur 59 dans 11 communautés des États-Unis a été identifié comme ayant l’autisme en 2014, selon un rapport publié aujourd’hui dans le Rapport hebdomadaire de surveillance de la morbidité et de la mortalité (MMWR) du CDC.
Les données contenues dans ce rapport proviennent du Réseau de surveillance de l’autisme et des troubles du développement (ADDM) des CDC – un système de suivi qui fournit des estimations de la prévalence et des caractéristiques des troubles du spectre autistique chez plus de 300 000 enfants de 8 ans. ADDM est le plus grand programme de surveillance de l’autisme basé sur la population et le seul système de suivi de l’autisme qui examine les dossiers de santé et d’éducation.
La dernière estimation de 1,7 % (1 sur 59) est plus élevée que la précédente estimation ADDM publiée en 2016, qui faisait état d’une prévalence de 1,5 %, soit 1 enfant sur 68. Une partie du changement dans la prévalence pourrait être due à l’amélioration de l’identification de l’autisme dans les populations minoritaires – bien que l’autisme soit encore plus susceptible d’être identifié chez les enfants blancs que chez les enfants noirs ou hispaniques. Cette identification est importante, car les enfants identifiés tôt avec l’autisme et reliés aux services sont plus susceptibles d’atteindre leur plein potentiel.
« La prévalence de l’autisme chez les enfants noirs et hispaniques s’approche de celle des enfants blancs « , a déclaré Stuart Shapira, M.D., Ph.D., directeur adjoint des sciences au Centre national sur les déficiences congénitales et les troubles du développement du CDC. « Le nombre plus élevé d’enfants noirs et hispaniques qui sont maintenant identifiés à l’autisme pourrait être attribuable à une sensibilisation plus efficace dans les communautés minoritaires et à des efforts accrus pour que tous les enfants fassent l’objet d’un dépistage de l’autisme afin qu’ils puissent obtenir les services dont ils ont besoin.
Les estimations du Réseau de surveillance de l’autisme et des troubles du développement proviennent de 11 communautés en Arizona, Arkansas, Colorado, Géorgie, Maryland, Minnesota, Missouri, New Jersey, Caroline du Nord, Tennessee et Wisconsin. Les 11 communautés étudiées dans ce rapport représentent environ 8 % des enfants de 8 ans aux États-Unis.
Les estimations de l’autisme variaient grandement parmi les 11 communautés dans ce rapport, bien que cinq aient rapporté des estimations similaires de 1,3 pour cent à 1,4 pour cent. L’estimation de prévalence la plus élevée de 2,9 % provenait d’une communauté du New Jersey. Certaines des différences régionales dans les estimations de la prévalence de l’autisme parmi les 11 communautés pourraient être dues à des différences dans la façon dont l’autisme est diagnostiqué et documenté.
Il faut plus de travail pour identifier l’autisme tôt dans la vie.
Les données démontrent qu’il faut faire plus de travail pour identifier les enfants autistes à un plus jeune âge et les orienter vers une intervention précoce :
Moins de la moitié des enfants identifiés dans le Réseau de surveillance de l’autisme et des troubles du développement ont reçu leur premier diagnostic d’autisme avant l’âge de 4 ans.
Bien que 85 pour cent des enfants autistes avaient des préoccupations au sujet de leur développement notées dans leur dossier de santé avant l’âge de 3 ans, seulement 42 pour cent d’entre eux ont reçu une évaluation du développement à cet âge.
Ce décalage entre la première préoccupation et la première évaluation peut influer sur le moment où les enfants autistes peuvent commencer à obtenir les services dont ils ont besoin.

en Conclusion :

 L’estimation globale de la prévalence des TSA de 16,8 pour 1 000 enfants âgés de 8 ans en 2014 est plus élevée que les estimations précédentes du réseau ADDM. Avec une prévalence des TSA atteignant près de 3 % dans certaines communautés et représentant une augmentation de 150 % depuis 2000, les TSA constituent une préoccupation urgente de santé publique qui pourrait bénéficier de stratégies améliorées pour aider à identifier plus tôt les TSA, à déterminer les facteurs de risque possibles et à répondre aux besoins croissants de cette population en matière de comportement, d’éducation, de logement et d’emploi.